Home » Articole » FR » Affaires » Business Intelligence » L’histoire et l’avenir de l’informatique décisionnelle (business intelligence)

L’histoire et l’avenir de l’informatique décisionnelle (business intelligence)

Au début…

Léonard de Vinci, le célèbre je-sais-tout italien, a caressé l’idée d’une plateforme d’informatique décisionnelle (business intelligence, BI) open source, mais a abandonné le projet lorsqu’il a découvert que l’open source et la Business Intelligence devaient d’abord être inventés.

Site Web Pentaho, le plus grand fournisseur de Business Intelligence open source

En réalité, H. P. Luhn (1958), dans un article sur les systèmes de Business Intelligence, a écrit : « Le système décrit ici utilise des techniques de conception plutôt avancées et la question se pose de savoir à quelle distance de tels systèmes peuvent être de réalisation. » Le système nécessitait des techniques et des technologies beaucoup plus avancées que celles disponibles à l’époque. Il a noté:

« La disponibilité des documents sous une forme lisible par machine est une exigence de base du système. Les machines à écrire dotées d’accessoires de perforation de ruban de papier sont déjà largement utilisées dans les opérations de traitement de l’information et de communication. Leur utilisation comme équipement standard à l’avenir fournirait des enregistrements lisibles par machine des nouvelles informations. La transcription d’anciens enregistrements poserait problème, car dans la plupart des cas, il ne serait pas rentable d’effectuer ce travail à la main. La mécanisation de cette opération devra donc attendre la mise au point des dispositifs de lecture d’imprimés. » (H. P. Luhn)

En 1989, Howard Dresner a proposé la BI comme terme générique pour décrire « des concepts et des méthodes pour améliorer la prise de décision commerciale en utilisant des systèmes de soutien basés sur des faits ». Ce n’est qu’à la fin des années 1990 que cet usage s’est généralisé.

Les développements les plus rapides (mais pas importants) de l’histoire de la BI se concentrent sur l’innovation des fournisseurs. L’architecture change très lentement et existait avant que la technologie ne soit disponible pour créer des systèmes de BI.

Vendeurs

Les infrastructures de Business Intelligence s’appuient sur la technologie pour transformer les données en intelligence. Les innovations des fournisseurs sont au cœur de l’innovation. Le taux d’innovation n’a cessé d’augmenter depuis les années 1990. Non seulement les fournisseurs créent de nouveaux produits et améliorent les produits existants, mais l’imitation signifie que la technologie se diffuse assez rapidement entre les entreprises.

Dans le même temps, les produits des fournisseurs sont de plus en plus avancés, la facilité d’utilisation augmente également. Ces forces apparemment opposées sont en réalité complémentaires. En effet, il est généralement admis que les besoins de l’utilisateur n’ont pas considérablement changé. Par exemple, comme Poe et al. (1998) note « Alors que les produits et les technologies entourant et complétant la mise en œuvre de l’entrepôt de données sont devenus beaucoup plus raffinés, le processus de création d’un entrepôt de données n’a pas changé de manière significative. » La même chose peut être dite de la plupart des composants du système de Business Intelligence. Les besoins des utilisateurs et l’architecture évoluent beaucoup plus lentement que la technologie, mais la technologie doit être adaptée aux besoins de l’utilisateur. Par conséquent, l’accent doit toujours être mis sur les parties durables du système de BI sans se concentrer sur un fournisseur ou une technologie en particulier.

Produits et outils du fournisseur

L’informatique décisionnelle a commencé à évoluer dans les années 1990. L’informatique décisionnelle est maintenant un domaine mature. Dans ce contexte, la maturité signifie qu’il existe un ensemble de produits et de services de base offerts par les fournisseurs.

Les outils de business intelligence sont un type de logiciel d’application conçu pour rapporter, analyser et présenter des données. Les outils lisent généralement des données qui ont été précédemment stockées, souvent, mais pas nécessairement, dans un entrepôt de données ou un magasin de données.

Les principales catégories générales d’outils de business intelligence sont:

  • Feuilles de calcul
  • Logiciels de création de rapports et d’interrogation – sont des outils qui extraient, trient, résument et présentent des données sélectionnées
  • OLAP
  • Tableaux de bord numériques
  • Exploration de données
  • Extraction de processus
  • Gestion des performances commerciales

Chaque outil peut être vendu de différentes manières, notamment en tant qu’outils autonomes, au sein d’une suite d’outils, en tant que composants de logiciels destinés à un secteur spécifique, au sein d’une infrastructure Web de Business Intelligence 2.0 ou emballés dans des appliances d’entrepôt de données.

Le développement le plus important dans l’espace des fournisseurs est celui des acquisitions. La tendance récente sur le marché est que les grandes entreprises acquièrent de plus petites entreprises (Richardson et al. 2008). Cela a consolidé la part de marché de la BI. Les plus grands comprennent :

  • 2008 – IBM rachète Cognos pour 5 milliards de dollars
  • 2008 – SAP rachète Business Objects pour 4,8 milliards d’euros
  • 2007 – Oracle rachète Hyperion pour 3,3 milliards de dollars

Notez que quelques fournisseurs de business intelligence détiennent une part substantielle du marché.

But des entreprises

Enfin, ce texte pose une hypothèse simple quant à la finalité des entreprises à but lucratif. Le but des entreprises est de générer des profits. Les meilleures entreprises atteignent une rentabilité supérieure au fil du temps. Ils le font par le biais d’un positionnement stratégique, c’est-à-dire en effectuant des activités différentes de celles de leurs concurrents ou en effectuant des activités similaires d’une manière différente. Plus précisément, pour réaliser des bénéfices, les entreprises peuvent se concentrer sur deux types d’activités différents. Le premier est que les entreprises fournissent des biens ou des services d’une plus grande valeur, facturent des prix plus élevés, augmentant ainsi leurs revenus. Le deuxième type d’activité vise à fournir des biens ou des services à moindre coût, à réduire les coûts, augmentant ainsi la rentabilité (Porter 1997).

Cette approche est également utile pour les systèmes existants. Les entreprises et leur environnement d’affaires changent constamment. Les entreprises compétitives doivent changer pour rester viables. Les systèmes de BI permettent aux entreprises de déterminer si l’environnement est en train de changer et si leur stratégie restera efficace dans le nouveau paysage. La BI doit être considérée comme un système en constante évolution et le processus présenté ici doit être appliqué de manière itérative afin de mettre continuellement à jour le système BI.

L’avenir de la BI

Le groupe Gartner fait quelques prédictions sur l’avenir de la BI. Premièrement, entre 2009 et 2012, plus de 35 % des 5 000 plus grandes entreprises mondiales échoueront régulièrement à prendre des décisions éclairées concernant les changements importants dans leurs activités et leurs marchés. Face à la nécessité de prendre de meilleures décisions, les entreprises chercheront à augmenter leurs investissements dans les systèmes de BI.

Une autre prédiction importante est que les unités commerciales contrôleront au moins 40 % du budget total de la BI malgré le fait que les services informatiques sont responsables de la création et de la maintenance de l’infrastructure de BI. La raison de cette situation est que les utilisateurs métier ont perdu confiance dans la capacité des services informatiques à fournir les informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions. Face à ces problèmes, il n’est pas étonnant que la business unit prenne en main la création de l’infrastructure BI. Un système BI qui ne répond pas aux besoins des utilisateurs échouera. En effet, l’échec d’un système de BI à fournir des informations utiles peut avoir un impact négatif important sur la prise de décision.

Cependant, les services informatiques sont chargés de créer et de maintenir des infrastructures informatiques qu’ils sont mieux adaptés à ce rôle. Encore une fois, bien que les organisations informatiques excellent dans la création d’infrastructures BI, les utilisateurs professionnels ont perdu confiance dans leur capacité à fournir les informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions.

Sans surprise, il existe des risques lorsque les unités commerciales créent leurs propres infrastructures BI.

« En effectuant des achats indépendamment de l’organisation informatique, les unités commerciales risquent de créer des silos d’applications et d’informations, ce qui limitera l’analyse interfonctionnelle, ajoutera de la complexité et retardera la planification d’entreprise et l’exécution des changements… Les organisations informatiques peuvent surmonter cela en encourageant les unités d‘entreprise d’utiliser les actifs existants et de créer des normes pour l’achat de classes d’applications analytiques packagées qui minimisent l’impact des fonctions isolées. » (Groupe Garner)\

S’appuyer sur les ressources existantes est un excellent moyen de développer un système de BI. Cependant, cela ne résout pas le problème. Une étape importante est que les unités commerciales et les services informatiques doivent accepter que les systèmes de BI soient composés d’une architecture et d’une infrastructure. L’unité commerciale devrait diriger la création de l’architecture tandis que le service informatique devrait diriger la création de l’infrastructure. Idéalement, l’entreprise disposera d’une unité BI interfonctionnelle qui crée, entretient et met à jour tous les systèmes BI. Cela permet à chaque groupe d’accomplir la fonction pour laquelle il est le meilleur et d’utiliser les ressources aussi efficacement que possible.

En divisant la construction des cadres et des cadres en trois étapes distinctes, cela permet à l’unité commerciale et au service informatique de se concentrer sur ce qu’ils font le mieux. De plus, cette approche encourage et démontre un processus par lequel les unités commerciales et les services informatiques peuvent travailler ensemble pour créer un système de BI.

Notes

  • Luhn, H.P. (1958).“A Business Intelligence System.” IBM Journal.
  • Poe, Vidette; Patricia Klauer and Stephen Brobst. (1998). Building a Data Warehouse: Second Edition. Prentice Hall: Upper Saddle River, NJ 07458.
  • Porter, Michael. (1996). “What is Strategy?” Harvard Business Review. February 1.
  • Richardson, James, Kurt Schlegel, Bill Hostmann and Neil McMurchy. (2008). Magic Quadrant for Business Intelligence Platforms, 2008″. Gartner Group.

Source: Wikibooks sous licence CC BY-SA 3.0. Traduction et adaptation: Nicolae Sfetcu.

Émotions et intelligence émotionnelle dans les organisations
Émotions et intelligence émotionnelle dans les organisations

Une argumentation pour l’importance dualiste des émotions dans la société, individuellement et au niveau communautaire. La tendance actuelle à la prise de conscience et au contrôle des émotions grâce à l’intelligence émotionnelle a un effet bénéfique dans les affaires et … Lire la suite

non noté $0,00 Choix des options
Comment devenir entrepreneur
Comment devenir entrepreneur

Une brève introduction aux bases de la création de votre propre entreprise axée sur la technologie. Rédigé dans un langage concis et simple, le livre est une lecture rapide que vous pouvez assimiler en quelques heures. L’entrepreneuriat a un impact … Lire la suite

non noté $3,99 Choix des options
Guide marketing Internet pour les débutants
Guide marketing Internet pour les débutants

L’une des plus anciens guides de marketing Internet, mais aussi l’une des guides les plus concises et pratiques. Bien que de nombreuses années se sont écoulées depuis sa rédaction, les principes de base décrits ici restent valables. Le marketing Internet … Lire la suite

non noté $0,00$2,99 Choix des options

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.