Home » Articole » FR » Société » Philosophie » Esthétique – Jugement esthétique

Esthétique – Jugement esthétique

Posté dans : Philosophie 0

L’esthétique est une branche de philosophie qui explore la nature de l’art, de la beauté et du goût, avec la création et l’appréciation de la beauté.

Dans sa perspective plus techniquement épistémologique, elle se définit comme l’étude des valeurs subjectives et sensori-émotionnelles, parfois appelées jugements de sentiment et de goût. D’une manière plus générale, les chercheurs dans le domaine définissent l’esthétique comme une «réflexion critique sur l’art, la culture et la nature». Le terme esthétique peut également se référer à un ensemble de principes sous-jacent aux œuvres d’un mouvement artistique ou d’une théorie particulière: on parle, par exemple, de l’esthétique cubiste.

Le mot esthétique est dérivé du grec αἰσθητικός (aisthetikos, signifiant “esthétique, sensitive, sensible à la perception sensorielle”), qui à son tour a été dérivé de αἰσθάνομαι (aisthanomai, signifiant “je perçois, ressent, sens”). Le terme «esthétique» a été approprié et inventé avec une nouvelle signification par le philosophe allemand Alexander Baumgarten dans sa thèse Meditationes philosophicae de nonnullis ad poema pertinentibus («Considérations philosophiques de certaines questions concernant le poème») en 1735, même si sa dernière définition dans le fragment Aesthetica (1750) est plus souvent appelé la première définition de l’esthétique moderne.

L’esthétique et la philosophie de l’art

L’esthétique est pour l’artiste ce que l’ornithologie est pour les oiseaux.
– Barnett Newman

Pour certains, l’esthétique est considérée comme un synonyme de la philosophie de l’art depuis Hegel, tandis que d’autres insistent sur le fait qu’il existe une distinction significative entre ces domaines étroitement liés. En pratique, le jugement esthétique se réfère à la contemplation sensorielle ou à l’appréciation d’un objet (pas nécessairement un objet d’art), alors que le jugement artistique se réfère à la reconnaissance, l’appréciation ou la critique de l’art ou d’une œuvre d’art.

L’esthétique philosophique a non seulement à parler de l’art et produire des jugements sur les œuvres d’art, mais aussi à donner une définition de ce qu’est l’art. L’art est une entité autonome pour la philosophie, parce que l’art traite les sens (c’est-à-dire l’étymologie de l’esthétique) et l’art est, en tant que tel, sans objet moral ou politique. Par conséquent, il existe deux conceptions différentes de l’art dans l’esthétique: l’art comme savoir ou l’art comme action, mais l’esthétique n’est ni épistémologie ni éthique.

Le jugement esthétique, les universels et l’éthique

Jugement esthétique

Les jugements de la valeur esthétique dépendent de notre capacité à discriminer au niveau sensoriel. L’esthétique examine notre réponse de domaine affectif à un objet ou à un phénomène. Immanuel Kant, en écrivant en 1790, observe un homme «S’il dit que le vin canari est agréable, il est assez content si quelqu’un d’autre corrige ses termes et lui rappelle de le dire au lieu: C’est agréable à moi» parce que «Tout le monde a son propre (sens du) goût». Le cas de la «beauté» est différent de la simple «agréable» parce que «S’il proclame quelque chose d’être beau, il exige le même goût des autres, il juge non seulement pour lui-même mais pour tout le monde et parle de beauté comme si c’était une propriété des choses.»

Les jugements esthétiques dépassent généralement la discrimination sensorielle. Pour David Hume, la délicatesse du goût n’est pas seulement «la capacité à détecter tous les ingrédients d’une composition», mais aussi notre sensibilité «aux douleurs aussi bien que les plaisirs qui échappent au reste de l’humanité ». (Essays Moral Political and Literary. Indianapolis, Literary Classics 5, 1987.) Ainsi, la discrimination sensorielle est liée à la capacité de plaisir. Pour Kant, «la jouissance» est le résultat lorsque le plaisir provient de la sensation, mais juger que quelque chose d’être «beau» a une troisième exigence: la sensation doit donner lieu à un plaisir en engageant nos capacités de contemplation réfléchie. Les jugements de beauté sont sensoriels, émotionnels et intellectuels tout à la fois.

Les interprétations des spectateurs de la beauté peut parfois être observé en possèdent deux concepts de valeur: l’esthétique et le goût. L’esthétique est la notion philosophique de la beauté. Le goût est le résultat d’un processus d’éducation et de sensibilisation aux valeurs culturelles d’élite apprises par l’exposition à la culture de masse. Bourdieu a examiné comment l’élite dans la société définit les valeurs esthétiques comme le goût et la mesure dans laquelle les différents niveaux d’exposition à ces valeurs peuvent entraîner des variations par classe, contexte culturel et éducation. Selon Kant dans son livre sur la Critique du Jugement, la beauté est subjective et universelle; ainsi, certaines choses sont belles pour tous. De l’avis de Władysław Tatarkiewicz, il existe six conditions pour la présentation de l’art: la beauté, la forme, la représentation, la reproduction de la réalité, l’expression artistique et l’innovation. Cependant, il est possible que l’on ne puisse pas définir ces qualités dans une œuvre d’art.

Traduit de Wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.