Home » Articole » FR » Affaires » Entreprises » Entrepreneuriat » Les capitaux propres dans l’entrepreneuriat

Les capitaux propres dans l’entrepreneuriat

Posté dans : Entrepreneuriat, Finance 0

Les F fabuleux

Votre premier aperçu des capitaux propres viendra probablement de votre famille et de vos amis et peut-être de quelques fous. Dans un environnement universitaire, les professeurs s’ajoutent fréquemment à l’ensemble, bien que certains prétendent qu’ils appartiennent à l’une des trois premières catégories. Lorsque ces personnes investissent de l’argent dans les premiers stades de votre entreprise, cela s’appelle un cycle d’investissement d’amorçage. Le capital d’amorçage aide à payer le plan d’affaires et le prototype, et vous soutient pendant que vous trouvez des talents de gestion supplémentaires et sécurisez la prochaine ronde de financement.

Investisseurs providentiels

Dans le sillage des amis et de la famille viennent les investisseurs providentiels. Comme nous l’avons mentionné précédemment, les investisseurs providentiels sont des personnes aisées qui fournissent des capitaux à une start-up, généralement en échange de capitaux propres. Le cycle de financement des amis et de la famille provient de vos propres relations personnelles avec les gens. Mais les investisseurs providentiels ne sont généralement pas des personnes que vous connaissez. Ce sont des gens qui vous jugent sur la base du concept d’entreprise, de l’équipe et de l’opportunité pour leur capital de propulser l’entreprise au niveau supérieur.

Bâtir votre crédibilité

Pour obtenir un financement providentiel, vous devez présenter un dossier crédible pour votre entreprise. Vous n’avez peut-être pas d’énormes succès à votre actif, mais si votre concept d’entreprise vaut quelque chose et si vos compétences entrepreneuriales sont à la hauteur de la tâche, vous trouverez un moyen de constituer une équipe de conseillers qui ont plus d’expérience et de crédibilité que vous, et qui vous laisseront emprunter une partie de leur réputation en tant que monnaie lorsque vous présenterez votre entreprise aux investisseurs providentiels.

En règle générale, un groupe d’investisseurs providentiels contribue moins de 1 million de dollars. Souvent, ce montant est nettement inférieur avec une équipe non éprouvée et un concept à un stade précoce. Votre tâche est de faire travailler cet argent. Vous devez atteindre des jalons si importants avec ce capital que vous pouvez utiliser vos réalisations pour sécuriser la prochaine ronde de financement.

Capital-risque

Comment postuler ? Les gens supposent souvent que le financement par capital-risque s’apparente à un processus de prêt bancaire. Récemment, les entreprises en ligne ont pris des mesures pour démocratiser le processus de capital-risque, mais un bon nombre d’entre elles ont échoué. En réalité, la sécurisation du capital-risque reste un processus compliqué sans formule spécifique pour réussir. L’accès au capital-risque est un jeu de réseautage. Elle n’est pas démocratique et, en raison de plusieurs facteurs, elle est intrinsèquement élitiste. Si vous vivez dans une grande région métropolitaine, vous avez un meilleur accès aux ressources C-R. Si vous ressemblez aux C-R que vous ciblez, cela peut également augmenter vos chances de succès.

Cela dit, les C-R ont aussi faim. Une fois que vous êtes dans la porte, votre présentation se tiendra ou tombera sur ses propres mérites. Les sources alternatives de capital-risque et les réseaux d’investisseurs sont une bonne ressource si vous ne correspondez pas au profil ci-dessus.

Voici un cadre général pour réfléchir à votre entreprise, le type de capital approprié et certains des critères clés qui peuvent aider à sécuriser le carburéacteur d’une entreprise à forte croissance. (Bien sûr, vous devez faire quelque chose de productif avec l’argent et fournir un retour à votre investisseur.) Voici quelques questions de base qu’un investisseur pose pour évaluer une entreprise:

  • L’équipe dirigeante a-t-elle fait ses preuves ? Son expérience reflète-t-elle sa compétence ? S’il n’est pas prouvé, quels sont ses attributs ? Comment combler les éléments manquants avec des managers chevronnés supplémentaires ? Dans quelle mesure cette équipe est-elle engagée dans l’entreprise ?
  • Quelle est la taille du marché pour ce produit ou service ? En règle générale, un investisseur en actions souhaite voir un marché pour un produit technologique qui est, au total, supérieur à 1 milliard de dollars. Un bon marché est un marché où les clients ressentent une réelle douleur, où ils adopteront facilement votre produit en raison d’un besoin immédiat et urgent.
  • A quoi ressemble la compétition ? Cette entreprise est-elle la première à commercialiser ? Est-ce que cela définit le marché ? Sera-t-elle capable de gagner rapidement des parts de marché ?
  • Le produit/la technologie est-il difficile à reproduire ? A-t-il une position exclusive (c’est-à-dire des brevets ou une autre protection de la propriété intellectuelle) ? Faudra-t-il beaucoup de temps à la concurrence pour reproduire ce que fait l’entreprise ?
  • Le plan d’affaires présente-t-il une histoire crédible suggérant que l’entreprise peut prévoir des résultats ? Le plan financier est une expression financière de votre stratégie d’entreprise. Il montre l’interrelation des délais, des fonctions et des embauches, et reflète une compréhension détaillée de l’entreprise.
  • L’intensité du capital. L’entreprise est-elle adaptée à l’argent qui pourrait être disponible ? Votre entreprise ne peut pas exiger trop d’argent pour réussir.

Jouer au jeu de l’argent

Bo Peabody, qui a fondé Tripod, l’une des premières dotcoms, alors qu’il était étudiant au Williams College à 19 ans, dit que collecter des fonds, c’est comme un jeu vidéo. Pour passer d’un niveau à l’autre, vous devez accumuler du pouvoir et des armes, et dans le jeu de collecte d’argent, le pouvoir et les armes analogues sont les jalons du succès et de la crédibilité.

Le père du capital-risque : J.H. Whitney

Le capital-risque est un phénomène de l’après-guerre. L’idée est attribuée à J.H. Whitney, fondateur de Whitney & Co., la première société de capital-risque, dont le siège est désormais à Stamford, Connecticut. Avant Whitney, les nouvelles entreprises étaient généralement financées par de riches particuliers. Le développement d’un processus d’investissement plus formel et institutionnalisé, incarné par des sociétés de capital-risque professionnelles, a joué un rôle majeur dans l’élargissement de l’accès au capital de croissance pour les innovateurs et les entrepreneurs ayant de bonnes idées et les moyens créatifs pour exécuter une entreprise prospère.

Conseils avant de vous rendre au C-R

  1. Choisissez le public approprié. Si vous recherchez un financement inférieur à, disons, 5 millions de dollars, ne vous adressez pas à un fonds de capital-risque géré par des professionnels. Trouvez plutôt des investisseurs providentiels.
  2. Pas daccord de non-divulgation. Ne demandez jamais aux investisseurs professionnels de signer un accord de non-divulgation (AND) à l’avance. Ils ne le feront pas. Les C-R vous considéreront immédiatement comme une recrue. Ne fournissez pas d’informations sensibles dans votre plan d’affaires. Une fois que vous avez suscité l’intérêt des investisseurs, vous pouvez commencer à leur révéler le secret.
  3. Oubliez les appels à froid. Trouvez un contact qui connaît l’investisseur pour présenter l’opportunité. Les plans d’affaires non sollicités sont renvoyés aussi rapidement que les premiers romans.
  4. Soyez bref. Plus le plan est long, plus il est susceptible d’être mis de côté pour une lecture ultérieure qui, souvent, ne se produit jamais. Ne soumettez jamais un plan d’affaires complet. Un résumé de trois pages est la limite extérieure qu’ils liront.
  5. L’argent des C-R est de l’argent nerveux. Les C-R recherchent un faible taux d’utilisation, un modèle de revenus solide, une gestion grisonnante et des partenariats avec une véritable valeur stratégique.
  6. Suivez jusqu’au bout. Ne comptez pas sur les C-R pour vous répondre.
  7. N’arrêtez pas de chercher.

Tiré de “What to Know Before You Go to the VCs” par Joseph Bartlett, Fast Company, novembre 2000.

L’huître et la perle

Dans une métaphore poétique, Ray Smilor de la Fondation Ewing Marion Kauffmann compare les interactions persistantes d’un entrepreneur avec un capital-risqueur à la formation d’une perle à l’intérieur d’une huître. L’entrepreneur peut être un irritant dans le corps d’une société de capital-risque établie. Bien qu’un joyau ne se forme pas toujours, il faut qu’un entrepreneur soit le catalyseur qui aide un capital-risqueur à former une perle de grande valeur.

Source: textes traduits et adaptés de Wikibooks (license CC BY-SA 3.0) par Nicolae Sfetcu

Londres: Affaires, Voyager, Culture (London: Business, Travel, Culture)
Londres: Affaires, Voyager, Culture (London: Business, Travel, Culture)

Guide touristique bilingue anglais/français (Bilingual English/French Tourist Guide) Londres, seule ville à avoir organisé trois fois les Jeux olympiques (1908, 1948, 2012), est dynamique et très diverse sur le plan culturel. Elle joue un rôle important dans l’art et dans … Lire la suite

non noté $5,99 Choix des options
Guide touristique Côte d’Azur
Guide touristique Côte d’Azur

La Côte d’Azur est l’un des premiers station balnéaire moderne. Il a commencé comme une station thermale d’hiver à la fin du 18ème siècle. Avec l’arrivée du chemin de fer dans le milieu du 19e siècle, il est devenu l’endroit … Lire la suite

non noté $3,99 Choix des options
L’éthique des mégadonnées (Big Data) en recherche
L’éthique des mégadonnées (Big Data) en recherche

Les principaux problèmes rencontrés par les scientifiques qui travaillent avec des ensembles de données massives (mégadonnées, Big Data), en soulignant les principaux problèmes éthiques, tout en tenant compte de la législation de l’Union européenne. Après une brève Introduction au Big … Lire la suite

non noté $0,00 Choix des options

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.